Doctoriades 2019 : Conférence de Joël Guiot "Est-il nécessaire et possible de limiter le réchauffement planétaire à +1,5°C" Oct. 17, 2019

Doctoriades UTLN : Jeudi 17 octobre 2019 – Invité ED 548

Joël GUIOT, Directeur CNRS CEREGE- membre du GIEC
https://www.cerege.fr/fr/users/joel-guiot

présentera une conférence dont le titre est :

Est-il nécessaire et possible de limiter le réchauffement planétaire à +1,5°C, comme le prévoient les Accords de Paris ? Un focus sur le Sud-Est de la France.

Le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du Climat (GIEC) vient de rendre public son rapport spécial sur l’impact d’un réchauffement planétaire de 1,5°C.

Ses quatre messages essentiels sont :

  •     (1) le changement climatique affecte déjà les populations, les écosystèmes et les ressources ;
  •     (2) limiter le réchauffement à 1,5°C au dessus de la température de la période pré-industrielle est physiquement possible, mais requiert des changements sociétaux radicaux,
  •     (3) les bénéfices sont clairs d’essayer de contenir ce réchauffement à 1,5°C plutôt que 2°C,
  •     (4) il faut travailler main dans la main avec d’autres objectifs mondiaux comme ceux du développement durable qui appellent en particulier à éradiquer la pauvreté et lutter contre les inégalités.

Le réchauffement planétaire a atteint,  en 2017, le seuil symbolique de 1°C au-dessus du niveau pré-industriel (grosso-modo fin du 19e siècle). La température planétaire atteindra le seuil de 1.5°C. Si on arrive à contenir le réchauffement planétaire à 1,5°C par rapport à 2°C, on gagnera :

  •     (1) 10 cm d’élévation du niveau de la mer, ce qui épargnera 10 millions d’habitants des littoraux mondiaux ;
  •     (2) un facteur deux sur le nombre d’espèces qui risquent de disparaître ou de décliner fortement ; (
  •     3) deux millions de km2 de pergélisol sur 14, un gain majeur sachant que la fonte de ces sols gelés entraîne la libération de méthane, un puissant GES ; un été sur 100 sans glace dans l’océan arctique, contre un sur 10 ;
  •     (4) la possibilité d’éviter la perte définitive des écosystèmes coralliens ;
  •     (5) une moindre perte de productivité agricole, de réserves en eau ;
  •     (6) des événements extrêmes (canicules, tempêtes, sécheresses) moins fréquents et moins intenses.

 Biographie

Joël Guiot est directeur de recherche CNRS au laboratoire CEREGE de l’Université Aix-Marseille, en France. Il a reçu la médaille d’argent du CNRS en 2005. Ses principales recherches portent sur l’impact des changements climatiques passés, présents et futurs sur les écosystèmes méditerranéens, en particulier sur la forêt méditerranéenne. En 2012, il a cofondé le laboratoire d’excellence OT-Med pour étudier les risques liés au changement climatique et aux risques naturels dans le bassin méditerranéen. Il a lancé en 2015 avec W. Cramer, le groupe d’experts méditerranéens sur les changements environnementaux et climatiques (MedECC), dont l’objectif est de transférer les connaissances scientifiques sur les changements climatiques aux acteurs de la société des deux côtés de la Méditerranée. Il est co-auteur du rapport spécial du GIEC sur l’impact du réchauffement de la planète à 1,5 ° C publié en octobre 2018.




Start video
Check the box to indicate the beginning of playing desired.

Scoreboard

Click below to refresh the information.